Comment séduire une femme dans sa classe ?
Comment séduire une femme dans sa classe ?

draguer fille classe

Cette fille qui s’assoit en premier rang à tous les cours, vous avez les yeux sur sa nuque depuis le début de l’année. Une nuque fine et séduisante, sur laquelle se balance une queue de cheval blonde comme vous aimez… et quand elle se retourne, soudain, c’est le coup de foudre. Oui mais, voilà… comment faire pour qu’elle vous remarque, vous, en particulier ?

Séduire une fille dans sa classe, est-ce bien raisonnable ?

Essayons d’abord de voir les choses du bon côté. Cette fille, vous êtes dans sa classe, et c’est parti pour un an. Disons, une année scolaire. Vous avez neuf mois pleins pour peaufiner votre technique d’approche, préparer vos beaux discours et amener votre dulcinée à s’intéresser à vous. Bon, disons un peu moins si vous vous réveillez en décembre, ou en janvier, ou au printemps, mais en tous cas, vous n’êtes confronté ni au problème du temps, ni à celui de l’espace puisque cette fille, vous êtes enfermé, du matin au soir, dans une salle avec elle. Ce n’est qu’ensuite que les ennuis commencent. Premièrement, sachez qu’on peut rêver terrain de drague plus romantique qu’une salle de classe. Cette dernière possède, en effet, plus d’un bâton à mettre dans vos roues. Le premier c’est que, dans un terrain clos comme celui-là, vous ne pouvez pas fuir à toutes jambes en cas de gaffe, ni éviter la fille à l’avenir en cas de râteau. Et d’une. Vous ne pouvez pas non plus empêcher les bruits de courir et de se répandre comme une traînée de poudre. Et de deux. Par conséquent, si une fille vous plaît dans votre classe, soyez prudent. La règle d’or, dans un premier temps, c’est d’éviter de trop parler de vos fantasmes autour de vous . Vos potes vous adorent, c’est un fait, mais ils risquent de ne pas réussir à garder le secret de votre attirance et, surtout, ne résisteront pas au plaisir de vous mettre en boîte. Par conséquent, et ce qui va de pair, soyez discret dans vos manœuvres. Le problème d’une classe, vous l’aurez compris, c’est que tout se sait ! Enfin, tâchez d’être le premier à parler de vos sentiments, si vous jugez que le moment est venu, à la fille que vous avez en vue. Ce serait dommage qu’elle soit mise au courant par les autres plutôt que par vous, surtout que le téléphone arabe, généralement, présente le risque considérable que l’information arrive complètement déformée à son destinataire final…

Alors, comment s’y prendre ?

Tenir compte de ces premiers avertissements va vous permettre de ne pas griller vos chances. Il s’agit, à présent, d’établir une stratégie qui vous permette d’approcher votre dulcinée dans un contexte qui, de préférence, ne soit pas uniquement lié aux cours. C’est là que les choses se corsent car ce qu’on partage avec une fille de sa classe, en général, ce sont justement les cours ! Si vous ne vous voyez aucun autre point commun, tant pis, commencez par là. Arrangez-vous par repérer une matière dans laquelle elle est particulièrement douée et vous pas, ou qui la passionne et vous assomme. Demandez-vous si vous pouvez l’appeler le soir, ou chatter avec elle, pour qu’elle vous donne quelques tuyaux en maths, en français ou en physique, selon ce qui vous semble le plus stratégique. Mais si ce n’est pas une bosseuse, et si elle considère les cours comme une corvée plutôt qu’autre chose, gardez-vous bien de vous engager sur ce terrain. Il va falloir trouver autre chose ! L’organisation du cross annuel, par exemple, ou de la prochaine sortie de classe au programme… Dans tous les cas, la règle d’or, c’est d’y aller doucement. Même si vous lui plaisez, une fille détestera que vous soyez après elle de façon exagérée. Pour éviter qu’elle ne vous catalogue, d’entrée de jeu, dans la catégorie des lourds, choisissez bien le sujet qui va vous servir de manœuvre d’approche et, si vous voyez qu’elle ne met pas de conviction dans sa façon de vous répondre, ou qu’elle est contrariée que vous ayez recours à elle, n’insistez pas. Attendez une meilleure occasion pour vous rappeler à son souvenir. Séduire une fille de sa classe, ce n’est pas toujours aussi facile qu’on le croit. Si la stratégie « intérêts en commun » ne marche pas, il va falloir que vous trouviez mieux, hélas.

Les règles d’or de la séduction en classe

Si votre proie se montre récalcitrante dès les premiers travaux d’approche, surtout, gardez-vous bien d’insister. Car c’est là que les choses peuvent se retourner rapidement contre vous. Le risque est tellement grand, quand on drague en classe, que c’est d’ailleurs par là qu’on a commencé, afin que vous soyez bien conscient de tous les périls et dangers que comporte la séduction d’une fille de votre classe ! Mais bon, elle vous plaît vraiment énormément, et de toutes façons, vous êtes lancé. Elle n’a pas l’air de trop mordre à l’hameçon, c’est vrai… vous allez donc vous y prendre différemment. Déjà, un conseil : si la fille est du style à prendre ses grands airs, ne soyez pas trop gentil, trop conciliant. Sachez que les filles, contrairement aux apparences, détestent qu’on s’aplatisse devant elles. Par contre, même si elles ne l’avoueront jamais, elles aiment bien qu’on les impressionne un peu, qu’on montre qu’on a du caractère. Sincèrement, vous tomberiez amoureux d’une chiffe molle, vous ? Au lieu, donc, de lui sourire béatement chaque fois que vous la croisez, de lui donner toujours raison et d’être celui qui fait, quoi qu’il en soit, le premier pas, n’hésitez pas à être provocant, à vous moquer gentiment d’elle. Si elle a de l’humour, elle risque d’apprécier davantage vos blagues que vos sourires, et tourner légèrement son comportement en dérision (pas trop, hein, on ne vous demande pas d’être humiliants, mais sympas) est une façon comme une autre de lui prouver que vous vous intéressez à ce qu’elle fait. D’ailleurs, la majorité des filles déclarent être séduites par un homme qui les fait rire… Si elle vous prend de haut, rentrez dans son jeu. Rivalisez de bons mots, devenez un expert de l’ironie. Vous finirez par attirer son attention bien davantage qu’avec des mots doux et des attitudes romantiques. Une fois que c’est fait, on ne vous dit pas que c’est un jeu d’enfant, mais presque. Vous pourriez profiter d’une fête organisée par un de vos potes, ou par vous-même, pour l’inviter (avec ses copines, pour ne pas attirer les soupçons). Là, le changement d’ambiance fera le reste. Commencez par ignorer un peu l’objet de vos fantasmes, puis offrez-lui un verre. Ensuite.. ensuite, vous verrez bien. On ne peut pas tout vous dire… si tout se passe bien, de toutes façons, vous ne devriez plus avoir besoin de conseils !